Âgé de dix-sept ans à peine, Claude Venard savait déjà qu’il voulait être peintre. Il s’inscrit à l’École des Beaux-Arts, mais après quarante-huit heures il décide que ce type d’institution ne lui convient guère. Il entre alors à l’Ēcole des Arts Appliqués, où l’orientation pédagogique lui réussit mieux et, après six années d’études intensives, il accepte un emploi comme restaurateur au Louvres. Destinée à lui assurer un gagne-pain, la restauration d’œuvres d’art s’avéra une expérience très enrichissante.
À partir de 1935, Claude Venard a exposé dans les galeries françaises et européennes, puis en Asie, aux États-Unis et au Canada. Au tout début de sa carrière, Claude Venard faisait partie d’un groupe d’artistes baptisé Forces Naturelles, avec d’autres peintres comme Roger Humblot, Francis Gruber, André Marchand et Pierre Tal-Coat. Cependant, la structure fermée et les principes directeurs particulièrement stricts de ce groupe l’ont conduit à s’en distancier.Claude Venard noua de solides amitiés avec ces artistes qui, chacun dans leur domaine, connurent le succès.
Lors de la Seconde Guerre mondiale, le peintre s’engagea dans l’armée et, comme bien d’autres soldats à la fin des hostilités, il avait profondément changé. Ayant compris ce que signifiait vraiment le fait d’être un artiste, il s’impliqua complètement dans cette voie.
On peut qualifier son œuvre de post-cubiste. Non seulement son style est très expérimental, mais les textures et les couleurs de sa palette révèlent une grande originalité. Il n’essaie pas de séduire le spectateur par des éléments stylistiques gratuits, son but reste de captiver par la valeur intrinsèque de chacune de ses toiles.




Les oeuvres de Claude Venard