George George

GEORGE, née en 1966 en France, Var
A travaillé en Espagne et en Italie.
Diplômée de l’École Nationale des Beaux-Arts de Lyon (D.N.S.E.P.)
Diplôme National Supérieur d’Expressions Plastiques (1992)
Mention : félicitations du jury
DNAP Diplôme national d’art plastique (1990)
CESAP et CEAP (1991)

– Création d’une place publique virtuelle à la “9e documenta de Kassel (Allemagne): ” Piazza Virtuale “. La Documenta de Kassel est, avec la biennale de Venise, la plus importante exposition d’art contemporain du monde. Elle m’a offert l’occasion de présenter ma 1ère vente aux enchères d’objets de synthèse 3D et m’a proposé l’espace et l’impulsion indispensable pour la mise en place d’un nouveau concept, Interactivité “Abstraction/Création” en 1990.

– Réalisation de contes en images composites, sélectionnés au Festival Européen d’Infographie de Montreuil et à Apple Computer, Inc. – 1992

– Primée en 92/93 aux Beaux-arts de Paris pour le pilote d’un de mes contes “Ravenala”.

– Première exposition 1991 à l’Elac (Espace Lyonnais d’Art Contemporain)

– Truquiste Vidéo, technique et artistique d’ images sous la direction du directeur de la photographie, MARTIAL BARRAULT, pour le film “Pacific palissades” du réalisateur : Bernard Schmit. Acteurs : Sophie Marceau, Ada Coleman Howard…

– Graphiste Numérique, Adhérente au Mouvement Pix ; Un mode pictural contemporain affilié aux arts numériques. Plusieurs de mes œuvres mixtes créées sur ordinateur à la palette graphique demeurent des pièces uniques.

Intervenante plasticienne avec un thème récurent le “Land Art” Sculptures éphémères dans un esprit proche des conceptions de l’art minimaliste.

Artiste Peintre, réalisation d’une peinture monumentale, acrylique sur toile de 6,50 m X 9 m pour le nouveau siège Edf-Gdf Alpes Dauphiné

Sculpteur :
Je modèle la nature et la matière jusqu’à les confondre. Mon inspiration me pousse à vouloir donner vie aux silhouettes, en choisissant de travailler le bronze en respectant le code déontologique des fondeurs d’arts, afin de révéler dans toute sa plénitude le beau et l’intemporel.
Pour aller jusqu’au bout de mon art et de ma passion créatrice, je suis partie travailler en Italie, pays où l’esthétisme architectural a séduit mon âme et mon coeur d’artiste. Mais aussi, je suis partie découvrir l’Espagne près du Musée Guggenheim Bilbao, un magnifique exemple d’innovation avant-gardiste offrant une séduisante toile de fond à mon imagination.

Aujourd’hui je travaille sur des projets d’œuvres monumentales… Une balade artistique qui se décline en une série de pièces “Habeas, j’apprivoiserai mes libertés…” 290 cm 275 kg. l’Acte N°1,2,3 etc. l’acte N°2 “Habeas Cordis” , pièce unique en bronze et en polyméthacrylate de méthyle, 185 cm. L’acte N°3 “Habeas Mentem”, toujours en pièce unique, est un bas relief…

Décembre 2010 à Saint-Paul de Vence, Interactivité ; une pièce de 5,40 m dialogue avec “l’Envol”, œuvre de Folon.

Je suis saisie d’une volonté au service de mes aspirations, une quête sans cesse recommencée. Afin de mieux maîtriser les contraintes techniques et obtenir une plus grande liberté d’expression, je suis devenue une des rares artistes réalisant moi-même mon travail à la fonderie* à tourrettes/loup (06) de la cire à la ciselure… et façonne ainsi mes créations pour vous raconter un travail arraché à l’intime.

* labellisée EPV “Distinction
au patrimoine vivant.
COPYRIGHT – DROITS D’AUTEUR ©

TAVANA RAHI, dernier né !

“19h56 – 16/06/14” 1,54 m… Appartient par sa filiation à la collection des très riches et surprenants “Doodles”, poupées de bronze dont la grandeur résidait déjà dans la complexité des matériaux et techniques mis en oeuvre à l’origine de leur création, ainsi que dans leur extrême
richesse symbolique issue d’un réservoir d’imaginaires personnel et collectif de leur conceptrice, GEORGE.

TAVANA RAHI, son nom est tahitien et c’est toute une histoire ! … Sa référence à la Polynésie et particulièrement à Tahiti, fait échos à la vie personnelle de l’artiste, à l’univers mythologique des divinités tahitiennes, à l’instar des “tiki”(*2) qui ornent sa ceinture.
TAVANA RAHI est un évènement, une performance ! C’est une pièce unique.
Avec cette sculpture, l’artiste a osé et réussi son pari : celle de la monumentalité renouant ainsi avec l’échelle de ses premières sculptures et se situant dans cette succession pleinement revendiquée avec les “Papesses de l’art” (*3).
GEORGE aime les défis et s’accomplit d’un savoir-faire dans la relation avec la matière qu’elle soumet à ses audaces imputées à cette œuvre, qui dégage une force physique impressionnante, une puissance évocatrice fascinante mais aussi une tension émotionnelle.
En effet, il trouble par son “inquiétante étrangeté” (*4) anthropomorphique, par sa dualité de jouet à taille humaine, par son énigmatique rigidité mais aussi par ses origines mythologiques lointaines et par sa reconnaissance si proche des temps de l’enfance.
Paradoxalement TAVANA RAHI est émouvant aussi ; il nous touche par ses délicats attributs infantiles (tissus, dentelle, os, jouets, boutons), le mutisme de cette bouche a jamais fermée, l’étonnement de son “regard”, par la poésie de ce baiser improbable entre la girafe et le dinosaure qui le coiffent, par l’évocation ludique de Nepal et Baby les deux éléphantes rescapées de l’euthanasie.
Il porte par ailleurs fièrement à la ceinture, les “tiki” mais aussi la décoration récente décernée à GEORGE (*5).
TAVANA RAHI appartient bien à son clan ; il est porteur d’histoires : histoire des temps mémoriaux primitifs, des temps présents, et aussi histoire de la sculpture. Mi-humain, Mi- jouet, Monumental… C’est un vrai TOTEM !

* 1 – Tavana Rahi signifie en tahitien un chef de village, une personne dotée d’une réputation positive qui force l’admiration.
* 2 – “tiki”, terme maori représentant l’ancêtre mi-humain mi-dieu, est une représentation sculptée , soit sous la forme de sculpture monumentale (Moaïs de l’ile de Pâques) soit en pendentif qui dans ce cas sert de talisman. A Tahiti un Tiki sculpture placé à l’extérieur d’une maison est destiné à la protéger.
* 3 – “Les papesses de l’art”. Exposition de la Collection Lambert en Avignon, 2013, montrant 5 grandes dames de la sculpture : Louise Bourgeois, Kiki Smith, Camille Claudel, Jana Strebak, Berlinde de Bruyckere.
* 4 – “L’inquiétante étrangeté”. Concept de “l’inquiétant familier” emprunté à Freud . “Lieu ou l’intime se change en ombre déchirée et où le vivant et l’inanimé échangent leur place…étrangeté d’autant plus angoissante qu’elle se loge dans ce qui nous est le plus familier”. (Simone Korff Sausse)
* 5 – Juin 2014 Récompensée par la Société académique « ARTS-SCIENCES-LETTRES », PARIS, primée par l’Académie Française et se trouve sous le haut patronage du Président de la République. Elle récompense les femmes et les hommes de toutes nationalités qui se sont distingués dans les arts (peinture, sculpture, musique, architecture…), les sciences (médecine, biologie, physique…) et les lettres (écrivains, historiens…).
Françoise LIVACHE
Juillet 2014




Les oeuvres de George Sculpteur